Biographie Alfred Heinrich Neville

Alfred Heinrich Neville apparaît officiellement sur ​​la scène vénitienne au début de 1852 et, avec l’attestation d’un grand bâtisseur de ponts en fer, établi  par plusieurs documents de la Direction des chemins de fer des Habsbourg, peut rapidement obtenir le contrat pour la construction du deuxième pont sur ​​le Grand Canal, à la Charité. (Et après pour le troisième, le Ponte degli Scalzi, en face de la gare). Il venait d’une famille des expertes industriels anglais, établis en Autriche.

En effet il avait déjà bâti en Angleterre, en France et à Vienne 37 ponts à poutres, à la manière angles, et  à Vénice il va a construire les deux premières exemplaires de toute la péninsule italique.

Les pièces du pont arrivent à lui par la mer à partir de certaines de ses fonderies en Europe du Nord, mais sans aucun doute, d’une part la possibilité d’étendre ses affaires dans le marché intérieur de Venice (les garde-corps, les lumières, les ponts), d’autre part la facilité de trouver d’autres clients dans ‘grande arrière-pays vénitien, bientôt l’avaient convaincu de s’enraciner dans la lagune et à détecter la ‘fonderie Hasselquist’, la seule disponible à ce moment là.

En 1871, il participe à l’Exposition régionale de Venise à Vicence, premier rendez-vous pour un grand lancement de l’agriculture et de l’industrie dans la région après l’unification de l’Italie, en tant que Ingénieur autrichien des moteurs à vapeur et mécaniques, en obtenant un grand succès.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s